Aller au contenu
 
Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Recherche Quebec.ca
Navigation par thématique
Menu de la section eau

Milieux humides

Au Québec, les milieux humides occupent plus ou moins 17 millions d’hectares ou 170 000 km², soit environ 10 % de l’ensemble du territoire québécois. Qu’il s’agisse d’étangs, de marais, de marécages ou de tourbières, les milieux humides représentent les mailles essentielles de la trame des milieux naturels du territoire québécois. Ces écosystèmes constituent l’ensemble des sites saturés d’eau ou inondés pendant une période suffisamment longue pour influencer la nature du sol ou la composition de la végétation.

Il est mondialement admis aujourd’hui que les milieux humides, perçus comme des terres inutilisables par le passé, jouent un rôle crucial dans le maintien de la vie sur terre au même titre que les terres agricoles et les forêts. Les biens et services écologiques qu’ils procurent à la société représentent indéniablement un moteur pour l’économie locale, régionale, nationale et mondiale. Il est donc primordial de conserver ces milieux, particulièrement dans les régions où le développement urbain a contribué à leur dégradation ou à leur disparition.

Liens d'intérêt

Ce guide terrain de nature technique permet aux différents intervenants de procéder à l’identification et à la délimitation des milieux humides.
Cette fiche technique a pour principal objectif d’expliquer la manière d’identifier et de délimiter les lacs et les cours d’eau, ainsi que les rives et les plaines inondables.

Ce guide présente les principales étapes d’élaboration d’un plan de conservation des milieux humides afin de permettre aux différents organismes responsables de la gestion d’un territoire (municipalités, MRC, organismes de bassins versants, etc.) de prendre en compte ces écosystèmes sensibles lors des différentes étapes de planification à l’échelle territoriale.

  • Études du Centre de la science de la biodiversité du Québec (CSBQ)
     
    En 2012, le Ministère a confié à une équipe de chercheurs du Centre de la science de la biodiversité du Québec (CSBQ) le mandat de réaliser une étude en deux volets sur la situation des milieux humides. Cette étude servira à enrichir la réflexion dans le cadre de l’élaboration d’une nouvelle loi sur la conservation et la gestion durable des milieux humides et hydriques au Québec.
     
    L’étude sur les milieux humides dans le Québec méridional, menée par Monique Poulin et Stéphanie Pellerin, de l’Université Laval et de l’Institut de recherche en biologie végétale, indique, notamment, que dans les basses-terres du Saint-Laurent, 12 % des milieux humides sont protégés, alors que cette protection atteint 8 % à l’échelle du Québec. Au cours des 22 dernières années, les résultats démontrent également que 19 % des milieux humides présents sur ce territoire ont été perturbés.

    L’étude de Me Sophie Lavallée, de la Faculté de droit de l’Université Laval présente une analyse de l’état actuel du droit au Québec et ailleurs dans le monde tout en documentant diverses approches.

Encadrement légal

L’encadrement légal touchant les milieux humides s’appuie sur plusieurs lois et règlements, notamment la Loi sur la conservation des milieux humides et hydriques. Pour plus de détails, visitez la page Lois et règlements de notre site Web.

Retour - Rivières et lacs

Évaluation de la page En savoir plus

Dans le cadre de son Plan stratégique 2019-2023, le Ministère souhaite améliorer l'accessibilité de l'information disponible sur son site Web. Nous sollicitons donc votre collaboration, par l'entremise d'un sondage en bas de chacune des pages, qui nous permettra d'évaluer la facilité avec laquelle vous y trouvez l'information que vous recherchez.

À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile