Aller au contenu
Navigation par thématique
Menu de la section biodiversité

La renouée du Japon
(Reynoutria japonica)

Note : Cette page traite également de la renouée de Sakhaline (R. sachalinensis) et de la renouée de Bohème (R. ×bohemica).


La renouée du Japon est une plante exotique envahissante originaire de l’Asie de l’Est.

Il s’agit d’une plante herbacée vivace à croissance rapide qu’on retrouve souvent sur des terrains résidentiels comme plante ornementale. Elle colonise une grande variété de sols et préfère les endroits ouverts comme :

  • les rives;
  • les bords de routes et de voies ferrées;
  • les friches;
  • les jardins.

La formation de colonies denses empêche la croissance d’autres espèces végétales, ce qui fait que les milieux envahis ont une très faible diversité d'espèces. La renouée du Japon peut également favoriser l’érosion des rives et modifier la composition chimique du sol ainsi que la diversité des microorganismes qui s’y trouvent. Elle limite l’accès aux rives de même que les ouvertures donnant un point de vue sur le paysage. Ses racines et ses tiges peuvent également s’infiltrer dans les fissures des infrastructures.

Répartition de la renouée du Japon

La renouée du Japon a été introduite au Québec en 1901. Elle peut être fécondée par le pollen de la renouée de Sakhaline (Reynoutria sachalinensis), créant un hybride, la renouée de Bohème (Reynoutria ×bohemica). La renouée du Japon et son hybride sont très similaires à bien des égards. La différenciation de ces deux espèces est difficile et n’est pas toujours faite lors de la prise de données sur le terrain. Elles sont donc traitées ensemble quant à leur répartition.

La renouée de Bohème serait plus compétitive et se propagerait plus rapidement que ses parents. La renouée de Sakhaline est moins envahissante et les observations de cette espèce en milieu naturel sont peu fréquentes.

Aujourd’hui, la renouée du Japon et la renouée de Bohème se concentrent principalement dans les régions situées le long du Saint-Laurent et dans le sud du Québec (figure 1). Ces renouées ont été introduites récemment en Abitibi et dans la région du Nord-du-Québec. Elles sont présentes dans toutes les zones hydrographiques du Québec méridional, sauf sur l’île d’Anticosti.

Répartition de la renouée du Japon au Québec
Figure 1 : Observations de renouée du Japon (Reynoutria japonica) et de renouée de Bohème (Reynoutria ×bohemica) au Québec

Retour en haut

Reconnaître la renouée du Japon

Cette plante forme des massifs appelés colonies ou clones. À maturité, vers la fin juillet, une colonie mesure entre 1 et 3 mètres de hauteur.

Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition.
Colonie de renouée du Japon
Source : MELCC

La renouée du Japon présente plusieurs autres caractéristiques.

Système racinaire

Le système racinaire est composé d’un réseau de rhizomes, qui sont des tiges souterraines charnues contenant les réserves nutritives de la plante.

Les rhizomes de la renouée du Japon présentent les caractéristiques suivantes :

  • Ils sont ligneux, brun foncé à l’extérieur et orange à l’intérieur;
  • Ils peuvent croître jusqu’à une profondeur de 2 à 3 mètres et s’éloigner jusqu’à 7 mètres du plant d’origine.
Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition.
Rhizomes de renouée du Japon
Source : MELCC

Tiges

Un plant de renouée du Japon est souvent formé de plusieurs tiges qui émergent d’une même masse compacte de rhizomes.

Les tiges de la renouée du Japon présentent les caractéristiques suivantes :

  • Elles sont vertes à rougeâtres et présentent parfois des taches pourpres;
  • Elles sont lisses, creuses et ressemblent à du bambou.
Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition. Tiges de renouée du Japon
Source : Gilles Ayotte, 15-p.bot-polygo.cuspi-26, CC-BY-SA 4.0, Kalos, Bibliothèque de l’Université Laval
Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition. Jeunes tiges de renouée du Japon avec tiges de l’année précédente
Source : MELCC

Feuilles

Les feuilles sont ovales à triangulaires. Leur l’extrémité est pointue et leur base est tronquée (jamais cordée). Elles ne sont pas dentelées. Elles mesurent de 7 à 15 centimètres de long par 5 à 12 centimètres de large. Elles sont placées en alternance sur les tiges.

Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition.
Feuilles de renouée du Japon
Source : MELCC

Fleurs

  • Les fleurs sont petites et ont la forme d'une goutte d'eau;
  • Elles sont de couleur blanc crème et réunies en grappes;
  • La floraison a lieu en août et septembre.
Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition.
Fleurs de renouée du Japon
Source : MELCC

Fruits (graines)

Les fleurs forment des fruits blancs. Dans certaines régions du Québec où la saison de croissance est plus courte, les graines n’ont pas le temps de parvenir à maturité.

Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition.
Fruits de renouée du Japon
Source : MELCC

Retour en haut

Distinguer la renouée du Japon des espèces similaires

La renouée du Japon peut être confondue avec la renouée de Sakhaline et la renouée de Bohème.

La renouée de Sakhaline se distingue de la renouée du Japon par ses feuilles :

  • beaucoup plus grandes (de 25 à 30 centimètres de long);
  • dont la base est cordée;
  • portant des poils visibles à l’œil nu sur les nervures.
Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition. Plants végétatifs (tiges, feuilles) de renouée de Sakhaline
Source : MELCC
Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition. Feuille de renouée de Sakhaline (à gauche) et feuille de renouée du Japon (à droite), vue de dessous
Source : Gilles Ayotte, 15-p.bot-polygo.sacha-08, CC-BY-SA 4.0, Kalos, Bibliothèque de l’Université Laval

La renouée de Bohème se distingue de la renouée du Japon par :

  • ses feuilles généralement plus grandes (de 15 à 25 centimètres de long);
  • la présence de petits poils visibles à la loupe sur les nervures sous la feuille.
Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition. Plants végétatifs (tiges, feuilles) de renouée de Bohème
Source : Gilles Ayotte, 15-p.bot-polygo.xbo-7, CC-BY-SA 4.0, Kalos, Bibliothèque de l’Université Laval
Cet hyperlien ouvrira cette image en superposition. Feuille de renouée de Bohème, vue de dessous
Source : Gilles Ayotte, 15-p.bot-polygo.xbo-2, CC-BY-SA 4.0, Kalos, Bibliothèque de l’Université Laval

Reproduction de la renouée du Japon

Bien que la renouée du Japon puisse produire des graines viables, elle se propage essentiellement de façon végétative. De petits fragments de rhizomes ou encore de tiges peuvent produire de nouveaux plants.

Plusieurs vecteurs participent à la dispersion des fragments comme :

  • l'eau et la glace (particulièrement lors des crues);
  • la machinerie et les équipements souillés de terre contenant des fragments de plantes;
  • les travaux d’excavation avec exportation de sol.

Prévenir la propagation et éliminer la renouée du Japon

Étant donné les effets nuisibles de la renouée du Japon sur l’environnement et parce qu’elle est très difficile à éradiquer, il est important de prévenir sa propagation (les recommandations s’appliquent aussi à la renouée de Sakhaline et à la renouée de Bohème) :

  • Évitez de la semer, de la planter, de la multiplier ou de la transporter;
  • Apprenez à la reconnaitre;
  • Signalez sa présence à l’aide de l’outil Sentinelle;
  • Plantez des espèces végétales compétitives à croissance rapide là où le sol a été mis à nu;
  • Jetez tous les résidus de la plante (tiges, racines, terre, etc.) aux ordures. Ne les laissez pas dans la nature et ne les déposez pas dans le compost domestique. Le matériel excavé contenant des résidus de renouée doit être géré de façon à éviter de propager l’espèce. Selon le volume et le contexte, le matériel peut être enfoui sur place ou acheminé vers un lieu autorisé à le recevoir (ex. lieu d’enfouissement technique). Une profondeur minimale d’enfouissement de 2 mètres est recommandée pour des déblais contenant des résidus de renouée;
  • Nettoyez l’équipement qui a été en contact avec la plante afin d’éviter de disperser des fragments de tiges et de rhizomes ou des graines lors du déplacement de machinerie et du transport de terre. Évitez d’ailleurs d’utiliser cette terre.

Méthodes pour lutter contre la renouée du Japon

La lutte contre la renouée du Japon est particulièrement difficile et se fait sur plusieurs années. L’idéal est de commencer la lutte dès l’apparition de nouvelles colonies. Dans un premier temps, il faut miser sur la prévention et la détection hâtive de nouvelles colonies. Après les interventions de lutte, un suivi rigoureux des endroits traités est nécessaire.

L’excavation d’une colonie et de son réseau de rhizomes peut être effectuée à l’aide d’une pelle mécanique. Bien exécutée, cette technique permet d’éliminer une colonie. Il faut toutefois gérer adéquatement le matériel excavé.

L’arrachage des tiges avec extraction des rhizomes situés en surface, lorsqu’effectué à répétition pendant plusieurs années, peut permettre de diminuer la taille d’une colonie.

La méthode du bâchage, qui consiste à étendre une toile opaque à la surface du sol pour empêcher la croissance de la plante, peut réduire l’envergure d’une colonie, mais il faut y mettre du temps et l’éradication n’est pas garantie.

Voici quelques recommandations pour l’utilisation de cette méthode :

  • Utilisez une toile de qualité (géomembrane ou géotextile);
  • Coupez et retirez les tiges;
  • Déposez la toile de façon à couvrir l’ensemble de la colonie de même qu’une zone tampon d’au moins 2 mètres en périphérie. Lorsque plus d’une toile est nécessaire, planifiez leur dimension pour permettre un chevauchement de 50 centimètres à 1 mètre;
  • Déposez des poids, comme des sacs de terre, afin de maintenir les toiles en place;
  • Évitez de percer les toiles, car la renouée profite de chaque ouverture;
  • Inspectez régulièrement les toiles pour les repositionner et les réparer au besoin et pour retirer toute nouvelle tige;
  • Maintenez les toiles en place plusieurs années (plus de cinq ans peuvent être nécessaires);
  • Restaurez le site en plantant des arbustes à croissance rapide lors du retrait des toiles (aulnes, cornouillers, saules).

En dernier recours, des herbicides homologués peuvent être utilisés. Assurez-vous que la règlementation en vigueur le permette et que les conditions d’utilisation du produit soient bien respectées.

Une distance d'au moins 3 mètres d’un cours d’eau ou d’un milieu humide doit être respectée lors de l’application de pesticides. Pour connaître les autres règles à respecter, consultez la page Application des pesticides commerciaux.

Notez que la coupe de tiges seule, sans atteinte aux rhizomes, ne permet pas d’éliminer une colonie. Couper une colonie seulement une fois la stimulera au lieu de lui nuire.

Les interventions en milieux humides et dans la rive ou le littoral des lacs et cours d’eau peuvent être assujetties à des autorisations. Consultez votre municipalité et le bureau du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques de votre région avant d’intervenir dans ces milieux.

À consulter aussi

50 plantes envahissantes : protéger la nature et l'agriculture

Évaluation de la page En savoir plus

Dans le cadre de son Plan stratégique 2019-2023, le Ministère souhaite améliorer l'accessibilité de l'information disponible sur son site Web. Nous sollicitons donc votre collaboration, par l'entremise d'un sondage en bas de chacune des pages, qui nous permettra d'évaluer la facilité avec laquelle vous y trouvez l'information que vous recherchez.

À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile