Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Recherche Quebec.ca

Suivi des cyanobactéries dans les lacs

Objectif du suivi environnemental

Suivre les cyanobactéries, les cyanotoxines et les algues eucaryotes afin de mieux comprendre la problématique des fleurs d’eau de cyanobactéries et d’évaluer l’importance du dépassement des seuils établis pour la protection des usages.

Utilité du suivi environnemental

Les fleurs d’eau de cyanobactéries peuvent perturber l’équilibre écologique du milieu aquatique, détériorer son apparence et nuire aux activités récréotouristiques et socioéconomiques. Les fleurs d’eau présentent un risque pour la santé des usagers des plans d’eau en raison de leur potentiel irritant ou toxique.

La problématique des fleurs d’eau de cyanobactéries, qui est une manifestation de l’eutrophisation, semble toucher un nombre de plus en plus important de plans d’eau. Ce contexte, associé au risque pour la santé publique, avait donc justifié le développement des connaissances sur les cyanobactéries et les cyanotoxines à partir du début des années 2000.

De 2000 à 2008, un suivi a été effectué sur un total de sept lacs avec une moyenne annuelle de trois lacs. La baie Missisquoi du lac Champlain a été suivie durant toutes ces années. Les autres lacs échantillonnés sont les lacs Nairne, William, Brome, Gauvreau, du Gros-Ruisseau et Forgeron.

La baie Missisquoi a fait l’objet d’une attention particulière de la part du gouvernement du Québec. En effet, ce dernier a conclu des ententes et des accords de coopération avec les gouvernements du Vermont et de New York, notamment en matière de réduction du phosphore sur le bassin versant. De 2014 à 2016 inclusivement, un suivi des cyanobactéries a été reconduit dans la baie Missisquoi. Celui-ci visait à :

  • Soutenir la direction régionale dans sa connaissance de la problématique des cyanobactéries dans la baie Missisquoi;
  • Partager les résultats du Québec avec le Vermont dans le cadre des ententes et accords;
  • Contribuer à justifier la nécessité de poursuivre les efforts de réduction du phosphore tant du côté québécois que du côté américain du bassin versant.

Paramètres mesurés

Observations visuelles Apparence, intensité, étendue des fleurs d’eau et des écumes
Paramètres mesurés in situ Transparence (disque de Secchi) pH et température
Paramètres analysés en laboratoire Cyanobactéries et algues eucaryotes, microcystines (3 variantes en 2000-2008; 12 variantes depuis 2014) et anatoxine-a
Autres paramètres analysés en laboratoire (jusqu’en 2008) Phosphore total, azote total, chlorophylle a, phycocyanine, pH et turbidité

Répartition des stations d’échantillonnage

Le nombre et la localisation des stations d’échantillonnage dépendent principalement de la superficie du plan d’eau, du sens des vents dominants, de la localisation habituelle des principales fleurs d’eau et écumes de cyanobactéries et du lieu où sont réalisés les principaux usages publics.

Publications

Autres références

  • Étude épidémiologique de Lévesque et al. (2014) sur les cyanobactéries menée notamment auprès des riverains de la baie Missisquoi.
  • Page Web du Vermont pour l’état de la situation et les résultats relatifs aux cyanobactéries dans la baie Missisquoi du côté américain.

Pour plus d'information

Responsable : Sylvie Blais (sylvie.blais@environnement.gouv.qc.ca ou 418 521-3820, poste 4708)

Retour à la page Suivi des milieux aquatiques

Évaluation de la page En savoir plus

Dans le cadre de son Plan stratégique 2019-2023, le Ministère souhaite améliorer l'accessibilité de l'information disponible sur son site Web. Nous sollicitons donc votre collaboration, par l'entremise d'un sondage en bas de chacune des pages, qui nous permettra d'évaluer la facilité avec laquelle vous y trouvez l'information que vous recherchez.

À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2021