Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Québec.ca A propos du site Recherche English

Critères de qualité de l'eau de surface

matières en suspension

mg/L           C.A.S. :
Synonyme : Matières particulaires totales 

PRÉVENTION DE LA CONTAMINATION (EAU ET ORGANISMES AQUATIQUES)

Aucun critère de qualité retenu pour cet usage


PRÉVENTION DE LA CONTAMINATION (ORGANISMES AQUATIQUES SEULEMENT)

Aucun critère de qualité retenu pour cet usage


VALEUR AIGUË FINALE À L'EFFLUENT

Aucun critère de qualité retenu pour cet usage


PROTECTION DE LA VIE AQUATIQUE (EFFET AIGU)
(CCME, 2002; Caux et al., 1997)
  

En eau limpide(*), le critère de qualité est défini par une augmentation maximale de 25 mg/L par rapport à la concentration naturelle ou ambiante (non influencée par une source ponctuelle de matières en suspension, par une pluie importante ou par la fonte) selon le contexte.

Ce critère de qualité s'applique aux eaux douces (dulçaquicoles), estuariennes et marines.

(*) Le terme "eau limpide" réfère à la portion d'un hydrogramme où les concentratins de matières en suspension sont basses (<25 mg/L) (Caux et al., 1997). Les teneurs peuvent être élevées en raison des caractéristiques naturelles du milieu (par exemple, dans la zone de turbidité maximale du Saint-Laurent) ou, périodiquement, en raison des conditions climatiques.


PROTECTION DE LA VIE AQUATIQUE (EFFET CHRONIQUE)
(CCME, 2002; Caux et al., 1997)
  

En eau limpide(*), le critère de qualité est défini par une augmentation moyenne maximale de 5 mg/L par rapport à la concentration naturelle ou ambiante (non influencée par une source ponctuelle de matières en suspension, par une pluie importante ou par la fonte) selon le contexte.

En eau turbide(*), le critère de qualité est défini soit :               (en révision)
    - par une augmentation maximale en tout temps de 25 mg/L par rapport à la
      concentration ambiante lorsque celle-ci est de 25 à 250 mg/L;
    - par une augmentation de 10 % par rapport à la concentration ambiante lorsque
      celle-ci est supérieure à 250 mg/L mesurée à un moment donné.

Ces critères de qualité s'appliquent aux eaux douces (dulçaquicoles), estuariennes et marines.

(*) Les termes "eau limpide" et "eau turbide" réfèrent à la portion d'un hydrogramme où les concentrations de matières en suspension sont respectivement basses (<25 mg/L) et élevées (>25 mg/L) (Caux et al., 1997). Les concentrations peuvent être élevées en raison des caractéristiques naturelles du milieu (par exemple, dans la zone de turbidité maximale du Saint-Laurent) ou, périodiquement, en raison des conditions climatiques.


PROTECTION DE LA FAUNE TERRESTRE PISCIVORE

Aucun critère de qualité retenu pour cet usage


PROTECTION DES ACTIVITÉS RÉCRÉATIVES ET DE L'ESTHÉTIQUE

Aucun critère de qualité retenu pour cet usage


Référence
  • CCME - Conseil canadien des ministres de l'environnement - 2002 - 1999 (mise à jour en 2002) Recommandations canadiennes pour la qualité des eaux : protection de la vie aquatique : Matières particulaires totales, Winnipeg - Le Conseil
  • Caux et al. - Caux, P.-Y., Moore, D.R.J. et MacDonald, D. - 1997 - Ambient water quality guidelines (criteria) for turbidity, suspended and benthic sediments, Technical Appendix - British Columbia Ministry of Environnment, Lands and Parks, Water Management Branch, 82 p

  • Gouvernement du Québec
    © Gouvernement du Québec, 2019