Mécanismes de transport des pesticides dans l'environnement

Ruissellement

Le ruissellement de surface des eaux de pluie survient lorsqu’une pluie est suffisamment forte ou d’une durée suffisamment longue pour que la couche superficielle du sol soit complètement imbibée. La pluie supplémentaire ne peut pénétrer dans le sol; elle s’écoule alors en surface en formant des rigoles ou en empruntant les voies de drainage des terres (fossés et drains souterrains) pour rejoindre les cours d’eau. L’entraînement des pesticides par ruissellement de l’eau est influencé par la pente du terrain, la nature du couvert végétal et son importance, le type de sol, les techniques culturales, l’intensité de la pluie, les caractéristiques physico-chimiques de chaque pesticide et le délai entre l’application du pesticide et la pluie qui suit cette application.

Infiltration

L’eau qui s’infiltre dans le sol peut entraîner les pesticides qui y sont dissous. Dans les couches superficielles, là où l’activité des micro-organismes du sol est importante, les pesticides peuvent subir une certaine dégradation. Des processus chimiques et physiques peuvent également transformer ou diluer les pesticides présents. Généralement, ces différents processus rendent les pesticides moins toxiques. La rapidité d’infiltration de l’eau dépend de la porosité du sol. Un sol poreux est un sol fait de matériaux grossiers comme du sable et du gravier. Dans ce type de sol, l’eau s’infiltre rapidement et peut rejoindre la nappe d’eau souterraine. Cette dernière est donc vulnérable à la contamination. À l’inverse, un sol à texture fine, comme l’argile, est moins perméable à la contamination, car l’eau s’y infiltre plus lentement.

Drainage souterrain

En milieu agricole, notamment dans les sols argileux ou à texture fine, les surplus d’eau sont évacués vers les cours d’eau par le drainage souterrain. Les pesticides qui se sont infiltrés dans le sol avec les eaux de pluie peuvent donc rejoindre le réseau de drainage souterrain et être déversés vers les cours d’eau.

Dérive aérienne

Une dérive aérienne entraîne la dispersion par le vent de gouttelettes ou de vapeurs de pesticides en dehors de la zone visée. Elle peut constituer une source importante de contamination pour les secteurs voisins des zones traitées. Les principaux facteurs qui influencent la dérive sont la grosseur des gouttelettes du pesticide pulvérisé, la vitesse du vent et la hauteur de pulvérisation. Les grosses gouttelettes se déposent rapidement dans la zone traitée, mais les fines gouttelettes peuvent rester en suspension dans l’air plus longtemps et être transportées par le vent sur de longues distances.

Volatilisation

Certains pesticides ont tendance à se volatiliser, c’est-à-dire à dégager une vapeur durant et après la pulvérisation. Ces vapeurs s’élèvent au-dessus de la zone traitée pour être ensuite transportées par les courants d’air sur des distances plus ou moins grandes. Le processus de volatilisation est accentué par la chaleur.

Imprimer cette page | Fermer cette page