Ministère de l'Environnement
et de la Lutte contre les changements climatiques
Recherche Quebec.ca
Navigation par thématique
Menu de la section air

Faits saillants

Mars 2016 : faux départ printanier

Au Québec, l’anomalie de température moyenne en mars 2016 a été de 1,1 °C sous les normales de la période 1981-2010, un écart qui peut être qualifié de « normal » pour un mois de mars.

De même que les températures ont été partagées entre « chaudes » dans le sud-ouest et « froides » dans l’est de la province, elles ont varié dans le temps, avec deux périodes très froides séparées par une période chaude. Les premiers jours du mois ont été les plus froids, comme on peut s’y attendre en mars, mais ils le furent davantage que la normale, puisqu’au 6 mars, l’anomalie moyenne était de -4 °C. Un printemps hâtif sembla ensuite s’installer, le mercure atteignant 3 °C au-dessus des normales en moyenne lors des dix jours suivants. Les températures retombèrent toutefois à 3 °C sous les normales jusqu’à la fin du mois.

Les chutes de neige ont été sous les normales en moyenne au Québec (34 cm, 90 %) et près de celles-ci dans le sud de la province (42 cm, 102 %), où un cumul de pluie élevé (30 mm, 150 %) s’est ajouté à cette neige. En effet, 24 records mensuels de pluie y seront battus, notamment à Chelsea, en Outaouais, où un nouveau record (112 mm) sera établi en plus de 80 ans d’observations. Port-Daniel en Gaspésie a de nouveau reçu le plus fort total de neige (129 cm, 209 %).

Chronologie des événements

Du 1er au 2 mars, une bordée de neige laisse plus de 20 cm de l’Outaouais à la Côte-Nord, atteignant 52 cm à Tadoussac. La nuit du 1er au 2 est la plus froide au Québec en mars, à -28 °C en moyenne et à 6,8 °C sous les normales, et la nuit suivante l’est presque autant. Le 3 mars est la journée la plus froide du mois, à -22,7 °C en moyenne au Québec et à 10 °C sous les normales dans le sud du Québec.

Du 8 au 9 mars, les températures oscillent autour du point de congélation entre l’Abitibi-Témiscamingue et la Capitale-Nationale, et plus de 20 mm de pluie tombent sur ces régions, dont un maximum de 37 mm sur la ville de Québec.

Le 14 mars, pour la première fois en 2016, les températures de jour atteignent pratiquement le point de congélation (-0,2 °C) en moyenne sur l’ensemble du Québec, à 7 °C au-dessus des normales. À cette occasion, l’Outaouais et l’Abitibi-Témiscamingue reçoivent de nouveau plus de 20 mm de pluie.

Le 17 mars, la température moyenne au Québec redescend pour la première fois sous la normale en plus d’une semaine et elle le demeurera pour treize jours consécutifs. On enregistre tout de même12 mm de pluie à Sutton en Estrie près de la frontière sud du Québec, alors que, plus au nord et dans l’est, il tombe plutôt de la neige, Saint-Siméon dans Charlevoix en recevant jusqu’à 32 cm.

Le 21 mars, une bonne bordée de neige touche l’est du Québec, laissant jusqu’à 25 cm à Cap-des-Rosiers en Gaspésie, porte d’entrée du parc national de Forillon, et à Port-Daniel, à la suite du passage d’une importante dépression à l’est du golfe du Saint-Laurent.

Le 24 mars, 20 cm de neige tombent de l’Abitibi-Témiscamingue au Bas-Saint-Laurent, puis le lendemain en Gaspésie. Au sud de Québec, les maximums dépassent le point de congélation et la pluie se met de la partie, atteignant près de 20 mm à Lingwick en Estrie.

Le 28 mars, un système en provenance des Grands Lacs laisse derrière lui entre 20 et 34 mm de pluie de l’Outaouais au Lac-Saint-Jean. Le mercure chutant sous le point de congélation la nuit suivante, alors que le système se déplace vers l’est, on enregistre jusqu’à 42 cm de neige à Cap-des-Rosiers en Gaspésie.

Le 30 mars, les températures repassent finalement au-dessus des normales, et le 31 est la journée la plus chaude de mars au sud du Québec, avec 2,2 °C en moyenne. L’air chaud s’accompagne toutefois de plus de 25 mm de pluie de l’Abitibi-Témiscamingue au Bas-Saint-Laurent, le maximum (43,8 mm) étant atteint au nord de Québec, à l’ouest de Rivière-Verte.

Avec les précipitations de mars, le cumul des précipitations de 2016 s’élève à 137 cm de neige (111 %) et à 32 mm de pluie (120 %), en moyenne, au Québec. Depuis le début de la saison froide, 177 cm de neige (103 %) et 55 mm de pluie (147 %) sont tombés. Si on tient compte des précipitations de novembre 2015, ces totaux atteignent 206 cm de neige (96 %) et 100 mm de pluie (190 %).

Le couvert de neige au sol a principalement préservé son épaisseur moyenne maximale (70 cm le 3 mars), se compactant ensuite quelque peu tout en continuant à voir s’accroître son contenu en eau. À la fin du mois, l’épaisseur moyenne était toujours de 68 cm (100 %) au Québec et de 71 cm (115 %) dans le sud de la province, où elle surpassait de 10 cm la médiane historique. Avec la fonte et les crues printanières qui approchent, cette neige représente une moyenne de 230 mm d’eau sur le sol du Québec, soit 23 mm de plus que la médiane historique, d’après les mesures enregistrées aux stations nivométriques. La Montérégie et l’Estrie se trouvent principalement à découvert, alors que les bassins hydrographiques de l'Outaouais, du Saint-Maurice, du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord présentent plutôt des surplus de 90 à 120 mm par endroits.

Température maximale (°C)
Température moyenne (°C)
Température minimale (°C)
Pluie totale (mm)
Neige totale (cm)
Neige au sol (cm) Valeurs observées
Température maximale (°C) - Anomalie
Température moyenne (°C) - Anomalie
Température minimale (°C) - Anomalie
Pluie (%) Pourcentage de la normale
Neige (%) Pourcentage de la normale
Neige au sol (%) Pourcentage de la normale
TTempérature maximale (°C) - Classification
Température moyenne (°C) - Classification
Température minimale (°C) - Classification
Sommaire mensuel géostatistique pour le Québec
Température (°C) Moyenne ± écart-type Anomalie ± écart-type
(réf. 1981-2010)
Classification
Maximale -7,5 ± 6,5 -1,0 ± 1,3 Normal
Moyenne -13,4 ± 6,1 -1,1 ± 1,3 Normal
Minimale -19,3 ± 5,9 -1,1 ± 1,4 Normal
Évaluation de la page En savoir plus

Dans le cadre de son Plan stratégique 2019-2023, le Ministère souhaite améliorer l'accessibilité de l'information disponible sur son site Web. Nous sollicitons donc votre collaboration, par l'entremise d'un sondage en bas de chacune des pages, qui nous permettra d'évaluer la facilité avec laquelle vous y trouvez l'information que vous recherchez.

À quel point était-il facile d'obtenir l'information que vous recherchiez aujourd'hui ?
Facile Difficile